La dépendance : peut on s’en défaire ?

Par définition, la dépendance est un besoin obsessionnel de répondre à une émotion, en vivant une sensation provoquée par l’absorption d’une substance ou résultant d’un comportement particulier. On dit alors que la raison de l’individu se soumet à ce besoin.


Dès notre origine nous sommes dépendants, depuis le ventre de notre mère.
Si nous sommes insatisfaits lorsque nous n’obtenons pas ce qui nous manque, nos émotions nous poussent à agir parfois de manière inconsciente.

Une faible estime de soi, une dépendance affective non satisfaite ou une émotion forte, nécessitent une réponse immédiate pour calmer notre psychisme, et très souvent donnent lieu à un comportement inapproprié.

Ces comportements dysfonctionnant entrainent à terme des comportements  » addictifs  » dès lors qu’ils répondent à ces critères :

-impossibilité répétée de résister à l’impulsion d’un comportement spécifique,
-sensation de tension précédant le début du comportement,
-plaisir ou soulagement durant l’action ,
-perte de contrôle pendant l’action

Même en ayant conscience de tout cela , une personne addict ne peut pas cesser ce comportement car il vient compenser une carence affective, une douleur émotionnelle, une contrariété récurrente, et le schéma fonctionnel créé inconsciemment ne peut se désamorcer sans une aide extérieure.

Ces addictions peuvent viser l’alimentaire, les jeux vidéos, les substances diverses, l’alcool, les actes sexuels, le sport , tout ce qui peut s’ingérer ou se réaliser de manière impulsive. Les thérapies comportementales et cognitives permettent de s’en défaire.

Au niveau des relations, notamment dans la vie de couple, la dépendance à l’autre n’est pas anormale si elle n’entraine pas de souffrance . A partir du moment où une jalousie excessive intervient (recherche d’exclusivité) on peut parler de dépendance affective.

Elle peut se traduire par différents signes d’intensité variable selon les personnes :
-peur de l’abandon,
-jalousie excessive,
-insatisfaction chronique,
-incapacité à prendre des décisions seul,
-manque d’estime de soi,
-anxiété
-comportements compulsifs

Cela devient préoccupant lorsque que s’installe un lien inadapté et présentant un profil masochiste ou dépendant, plaçant alors un des deux individus dans une posture de soumission (d’un manipulateur voir d’un pervers narcissique).

Comment en arrive t’on à la dépendance émotionnelle ?

1ère étape : en essayant de devenir indispensable aux yeux de la personne dont on dépend
2ème étape : en jouant le rôle de victime et en essayant de susciter de la pitié.
3ème étape: la personne dépendante cherche à se protéger de ce qu’elle craint le plus, l’indifférence. elle a peur de l’abandon et du rejet.

La dépendance affective provoque de la souffrance, un profond manque de confiance en soi, une altération de la vie sociale et pour s’en sortir il est nécessaire de suivre une thérapie comportementale et cognitive qui visera notamment à vous exposer à des moments de solitude ou d’éloignement de l’autre, à vous engager dans des activités pour vous et par vous-même et mieux accepter vos émotions.

Avec le confinement nous avons vécu plusieurs mois à huit clos et peut être que certaines dépendances ont pris place dans vos vies. Si vous vous sentez en proie à un schéma comportemental qui vous semble nuisible et bien installé n’hésitez pas à en parler à un professionnel.

Et si le soir vous avez plaisir à boire un petit verre  pour partager un moment convivial avec vos amis, il n’y a pas lieu de vous inquiéter, la dépendance est vraiment dans la compensation émotionnelle, le manque de limite, la réaction excessive!

Vouloir retrouver sa liberté, passe aussi par le fait de se défaire des comportements inappropriés, pour en revenir à se respecter et à pouvoir se sentir à sa juste place.

N’ayez pas peur de demander de l’aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *